Les épilepsies-absence de l’enfant

Partager :
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook

Qu’est-ce que l’épilepsie-absence de l’enfant ?

Il s’agit de crises au cours desquelles l’enfant perd brièvement connaissance, présente un regard vide et ne réagit pas à ce qui se passe autour de lui. Leur fréquence et leur durée sont imprévisibles, ce qui inquiète les parents et les membres de la famille.

Le syndrome débute entre quatre et dix ans et chez la plupart des enfants, les crises disparaissent vers l’âge de 12 ans.

Les crises peuvent durer de quelques secondes à 20 secondes et se caractérisent par de légers mouvements saccadés des paupières, du coin de la bouche ou d’autres muscles. Elles sont souvent associées à des mouvements involontaires tels que se lécher les lèvres, avaler ou tripoter des vêtements, ainsi qu’à des altérations telles que la pâleur et la dilatation des yeux1.

Un petit nombre d’enfants atteints d’épilepsie et âgés de moins de 16 ans présentera ces symptômes dont plusieurs passeront inaperçus car ils sont brefs, ne durent que quelques secondes, et l’enfant n’en a pas conscience. L’épilepsie-absence infantile (EAI) touche environ 8 % des enfants épileptiques. 2

Ces crises peuvent se produire entre cinq et cent fois par jour et, bien qu’elles n’aient généralement pas d’effet durable, pour une minorité d’enfants, elles peuvent avoir des conséquences négatives sur les capacités d’attention et d’apprentissage de l’enfant, c’est pourquoi un diagnostic et un traitement rapides sont recommandés.

Les médecins demandent généralement des IRM et des EEG, ainsi que les antécédents médicaux pour dépister les EAI, mais peuvent également demander des prélèvements sanguins et effectuer un test d’hyperventilation pour provoquer une crise d’épilepsie-absence.

La cause de l’EAI n’est pas connue, mais on estime qu’elle est en grande partie génétique, un enfant atteint sur trois ayant des antécédents familiaux de crises similaires2. La composante génétique, ainsi que l’activité électrique imprévisible provoquée dans le cerveau, est complexe et pas totalement élucidée.

L’EAI peut être bien contrôlée par des médicaments. Environ 10 à 15 % des enfants auront d’autres crises, mais chez plus de 60 % d’entre eux, elles disparaîtront à l’adolescence. 2

Conseils pour les parents et la famille

Ce n’est peut-être pas un rêve éveillé

L’EAI peut ressembler à une simple absence temporaire et à des moments de distraction ou de rêverie. Consultez votre médecin si vous pensez que votre enfant souffre d’EAI.

Gardez votre calme

Ne criez pas car ils ne peuvent pas vous entendre. Touchez-les doucement sur le bras, mais n’oubliez pas qu’ils peuvent ne pas réagir pendant 20 secondes. Aucune autre intervention n’est nécessaire.

Soyez vigilant

Observez ce qui se passe, notamment le battement des paupières, le claquement des lèvres et la tête ou le corps qui tombent en avant. Ces informations aideront le médecin à poser un diagnostic.

Soyez positif

Un certain nombre de médicaments se sont avérés efficaces pour contrôler les crises, ce qui permet de gérer la maladie. Au moins deux enfants sur trois atteints d’EAI répondent aux médicaments et les crises disparaissent à l’adolescence.

Expliquez et faites participer votre enfant

Parlez à votre enfant de son épilepsie, encouragez-le à vous poser des questions et soyez transparent et clair dans vos réponses. En l’abordant ouvertement, une grande partie du stress, de la peur et de l’inquiétude peuvent diminuer.

Donnez-leur des connaissances nécessaires pour qu’ils puissent expliquer les crises d’absence à leurs amis et à d’autres personnes à l’école, afin de faire face à d’éventuels malentendus avec leurs camarades.

Sources :

  1. Panayiotopoulos CP. Typical absence seizures and their treatment. Arch Dis Child. 1999;81(4):351-355. doi:10.1136/adc.81.4.351
  2. Epilepsy Foundation. Childhood Absence Epilepsy. Accessed January 2021. https://www.epilepsy.com/learn/types-epilepsy-syndromes/childhood-absence-epilepsy
Vous etes peut etre intéressé ...

Santé mentale

Une bonne santé mentale est un élément essentiel de la vie, tout comme une bonne santé physique.

Stress

Le stress est une conséquence commune de nos vies modernes et très actives. Il se répercute sur le travail, à la maison et les relations et a plusieurs déclencheurs qui semblent souvent échapper à notre contrôle.

Douleur chronique

Les définitions du dictionnaire ne lui rendent pas justice. La douleur chronique est un problème complexe dont la solution n’est jamais rapide et qui demande souvent des solutions aussi bien émotionnelles que physiques.

Bienvenue à nouveau

Pour accéder à ces informations, vous devez vous connecter avec votre identifiant.

Vous n’avez pas de compte?S’inscrire