L’anxiété est une émotion ressentie par une personne lorsqu’elle est inquiète, tendue ou effrayée. Elle peut être légère ou grave. L’anxiété se manifeste à travers des pensées, des sentiments et des sensations physiques. 

Neuraxpharm France propose différentes options de traitement pour l’anxiété. Une fois que votre médecin aura déterminé vos besoins spécifiques, il pourra vous prescrire le produit qui s’adapte le mieux à vos besoins et à votre trouble.

Découvrez-en davantage sur l’anxiété, ses symptômes et comment elle peut être gérée et traitée.

Qu'est-ce que l'anxiété ?

L’anxiété est la réponse naturelle de l’organisme à une situation potentiellement dangereuse ou difficile. C’est un sentiment de malaise, d’inquiétude, de crainte ou de peur vis-à-vis de ce qui va se passer. Il est tout à fait normal de se sentir anxieux de temps en temps, et cela peut même être bénéfique. L’anxiété peut nous aider à nous préparer à des situations spécifiques, à rester concentrés et vigilants face aux dangers.

Cependant, certaines personnes ont du mal à contrôler leur anxiété. Des niveaux élevés d’anxiété sur une longue période et qui ont un impact sur les activités normales du quotidien peuvent indiquer qu’une personne souffre d’un trouble anxieux.

Quels sont les principaux types d'anxiété ?

Chacun vit l’anxiété de manière différente. Cependant, les troubles anxieux diffèrent des sentiments normaux de nervosité et de stress et impliquent une anxiété ou une peur excessive. 

On dit souvent que les troubles anxieux sont un phénomène de la vie moderne, mais rien ne prouve que les taux de prévalence aient changé au fil des ans. 

Les troubles anxieux les plus diagnostiqués sont le trouble anxieux généralisé, le trouble panique, les phobies, le trouble de l’anxiété sociale (phobie sociale) et le trouble d’anxiété de séparation :

  • Trouble anxieux généralisé : Affection chronique qui provoque chez les personnes concernées des sentiments récurrents d’anxiété face à un large éventail de problèmes ou de situations de la vie quotidienne. Ces symptômes psychologiques et physiques varient d’une personne à l’autre, mais peuvent inclure une inquiétude, des difficultés de concentration ou de sommeil, des vertiges et des palpitations cardiaques.
  • Trouble panique : Crises soudaines et répétées de peur intense pouvant durer quelques minutes ou plus. Parfois, ces crises se produisent sans raison apparente. Une personne victime d’une attaque de panique ressent une série de symptômes psychiques et physiques. Elle peut avoir l’impression de perdre le contrôle, de faire une crise cardiaque ou même de mourir.
  • Phobies : Une peur extrême et envahissante d’un objet, d’un animal, d’un lieu, d’une situation ou d’un sentiment. Citons par exemple l’agoraphobie (peur des espaces ouverts ou de ne pas pouvoir s’échapper) et l’acrophobie (peur intense des hauteurs).
  • Trouble de l’anxiété sociale (phobie sociale) : Une peur ou une crainte des situations sociales. Au-delà d’un sentiment d’appréhension à l’égard d’un événement social, il s’agit d’une inquiétude excessive à l’égard des activités sociales quotidiennes, notamment rencontrer des gens, entamer une conversation, parler au téléphone, faire du shopping ou travailler.
  • Trouble d’anxiété de séparation : Peur intense d’être séparé d’une ou plusieurs personnes ou d’un ou plusieurs animaux domestiques. Bien que de nombreuses personnes associent le trouble d’anxiété de séparation aux enfants, les adultes peuvent également en souffrir. 
  • Trouble de stress post-traumatique (TSPT) : Les personnes qui souffrent de TSPT sont celles qui ont vécu un événement très stressant, effrayant ou angoissant. Ce trouble s’accompagne souvent de cauchemars et de « flashbacks » au cours desquels la personne revit l’événement traumatique. Les personnes atteintes de TSPT ont souvent des sentiments de culpabilité, d’isolement et d’irritabilité.

Certaines personnes souffrant de troubles anxieux sont affectées également par un autre trouble psychiatrique, ( qu’on appelle ‘comorbidité’). Par exemple, le trouble anxieux généralisé et le TSPT pourraient être associés à d’autres troubles psychiatriques, notamment la dépression ou le trouble dépressif majeur (TDM), le trouble bipolaire (TB) et le trouble lié à l’utilisation de substances (TUS).

Combien de personnes souffrent d'anxiété ?

Les statistiques montrent que les troubles anxieux sont répandus dans le monde entier. L’Organisation mondiale de la santé estime qu’environ 284 millions de personnes (3,6 % de la population mondiale) ont eu un trouble anxieux. Environ 63 % (179 millions) sont des femmes, contre 105 millions d’hommes.

Selon l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME), plus d’une personne sur six (près de 84 millions de personnes) dans l’ensemble de l’UE a souffert d’un problème de santé mentale en 2016. Dans les pays de l’UE, le trouble mental le plus courant est celui de l’anxiété. On estime que 25 millions de personnes (soit 5,4 % de la population) vivent avec des troubles anxieux. 

Symptômes

L’expérience de l’anxiété est différente pour chaque personne. Les effets physiques et mentaux peuvent varier d’une personne à l’autre.

Quels sont les symptômes de l'anxiété ?

Le corps réagit à l’anxiété en libérant des hormones de stress comme l’adrénaline et le cortisol. Ces hormones mettent les personnes anxieuses dans un état d’alerte élevé, comme si elles devaient faire face à d’éventuelles menaces et répondre à une situation de combat-fuite. Par conséquent, certains symptômes courants de l’anxiété sont les suivants :

Au niveau mental :

  • Sensation de tension, de nervosité et d’agitation
  • Sentiment de crainte ou de panique, ou sensation d’être en danger.
  • Se sentir constamment « sur les nerfs »
  • Sentiment de perte de contrôle
  • Difficulté à se concentrer ou à penser clairement
  • Sentiment de déconnexion, ou inquiétude d’être déconnecté de la réalité
  • Être irritable
  • Avoir des pensées incontrôlables et obsessionnelles
  • Faire des cauchemars

Au niveau physique :

  • Un rythme cardiaque rapide, irrégulier (palpitations).
  • Respiration rapide
  • Essoufflement
  • Étourdissements ou vertiges
  • Sécheresse buccale
  • Transpiration ou bouffées de chaleur
  • Crampes à l’estomac ou nausées
  • Maux d’estomac
  • Tremblements ou convulsions
  • Besoin fréquent d’aller aux toilettes
  • Incapacité à rester immobile
  • Maux de tête
  • Douleurs et tensions musculaires
  • Fourmillements
  • Troubles du sommeil (insomnie)

Quels sont les différents niveaux d'anxiété ?

Les niveaux d’anxiété sont généralement classés en fonction du degré de détresse ressenti et des effets physiques sur le corps. En général, il y a trois catégories :

  • L’anxiété légère : Il s’agit du niveau d’anxiété le plus courant. Presque tout le monde souffre d’une légère anxiété à un moment donné de sa vie. Les situations susceptibles de déclencher une anxiété légère comprennent les examens, l’attente des résultats d’un test ou le retard à un rendez-vous important. L’anxiété légère ne dure pas très longtemps, et les gens ont tendance à s’en remettre rapidement.
  • L’anxiété modérée : Une personne présentant un niveau d’anxiété modéré a des symptômes plus fréquents ou plus persistants que celle qui présente une anxiété légère. Les symptômes psychologiques de l’anxiété modérée comprennent la nervosité, l’incapacité à se détendre et l’inquiétude excessive. Les symptômes physiques peuvent inclure des étourdissements, des sueurs et des bouffées de chaleur, des nausées, un mauvais caractère et des douleurs musculaires. Les personnes souffrant d’une anxiété modérée peuvent en être perturbées dans leur vie quotidienne, ce qui conduit à des niveaux d’anxiété plus sévères. La gestion de l’anxiété par des stratégies d’auto-assistance ou les conseils d’un médecin peuvent être bénéfiques.
  • L’anxiété sévère : Ce niveau d’anxiété est très handicapant. Les symptômes liés à l’anxiété sévère sont permanents. Ils comprennent notamment l’accélération du rythme cardiaque, le sentiment de panique, la nervosité, un comportement inhabituel, la colère et l’éviction sociale. Les symptômes d’anxiété sévère peuvent empêcher les gens de travailler ou de vaquer à leurs occupations quotidiennes. Parfois, les personnes souffrant d’anxiété sévère se tournent vers l’alcool ou les drogues pour gérer leurs symptômes. L’aide d’un spécialiste est nécessaire pour les personnes souffrant d’anxiété sévère.

Quels sont les premiers signes de l’anxiété ?

Les premiers signes de l’anxiété ne sont parfois pas très évidents et se développent souvent lentement au fil du temps. Les symptômes varient d’une personne à l’autre. L’un des premiers signes les plus courants de l’anxiété est l’inquiétude excessive face aux situations quotidiennes. Les symptômes apparaissent parfois dès l’enfance ou l’adolescence et se poursuivent à l’âge adulte.

Causes, facteurs de risque et espérance de vie

De nombreuses situations ou expériences peuvent provoquer de l’anxiété. Il est parfois difficile de connaître l’origine de l’anxiété, ce qui peut entraîner un stress ou une contrariété supplémentaire.

Quelles sont les causes de l'anxiété ?

Les événements difficiles ou traumatisants vécus dans le passé – pendant l’enfance, l’adolescence ou l’âge adulte – déclenchent souvent des problèmes d’anxiété. Voici quelques exemples courants pouvant entraîner des problèmes d’anxiété :

  • Violence physique ou émotionnelle
  • Séparation ou divorce
  • Deuil
  • Être victime d’intimidation, harcèlement ou exclusion sociale

Les problèmes quotidiens ou personnels peuvent également déclencher l’anxiété, par exemple :

  • Pression au travail
  • Durée de travail excessive
  • Problèmes d’argent
  • Problèmes relationnels
  • Épuisement
  • Sentiment de solitude ou d’isolement
  • Perdre un être cher
  • Faire face à une maladie ou une lésion grave
  • Être victime d’intimidation, de harcèlement ou de maltraitance
  • Souffrir d’autres problèmes de santé mentale, notamment de dépression.

Parfois, les gens ont des problèmes médicaux sous-jacents pouvant affecter leurs niveaux d’anxiété. Voici quelques exemples d’affections médicales liées à l’anxiété :

  • Maladies cardiaques
  • Diabète
  • Syndrome du côlon irritable
  • Problèmes de thyroïde
  • Affections respiratoires telles que la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

Certains médicaments peuvent également déclencher l’anxiété, notamment les traitements psychiatriques, ainsi que les drogues et l’alcool.

L'anxiété est-elle héréditaire ?

Les recherches montrent que le fait d'avoir un membre de la famille proche souffrant de problèmes d'anxiété peut augmenter les chances qu'une personne ait des problèmes d'anxiété. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre si les facteurs génétiques contribuent au développement de l'anxiété ou si certaines personnes sont plus susceptibles de développer ce trouble en raison du comportement qu'elles ont appris de leurs parents et de leurs proches dans leur enfance.

Qui peut souffrir d’anxiété ?

Tout le monde peut souffrir d’anxiété, bien que les troubles anxieux commencent souvent à l’adolescence. Les femmes sont deux fois plus susceptibles d’être touchées que les hommes.

Combien de temps le trouble d’'anxiété peut-il durer ?

L’anxiété n’est pas une maladie qui met la vie en danger. Cependant, des recherches publiées dans The British Journal of Psychiatry montrent que les troubles anxieux peuvent augmenter de manière significative le risque de décès (mortalité). La comorbidité (lorsque deux troubles sont ressentis en même temps) des troubles anxieux et de la dépression joue un rôle essentiel dans l’augmentation du risque de mortalité.

Diagnostic

L’anxiété n’est pas un diagnostic simple ; il est parfois difficile pour les médecins de déterminer si une personne souffre d’un trouble anxieux ou d’une dépression dont l’anxiété est un symptôme. (6)

Comment diagnostiquer l'anxiété ?

Pour diagnostiquer l’anxiété avec précision, un médecin doit écarter certaines maladies physiques qui pourraient être à l’origine des symptômes. Il voudra éventuellement connaître :

  • Tout symptôme physique ou psychologique
  • Depuis combien de temps les symptômes se manifestent
  • Les inquiétudes, craintes ou problèmes importants
  • La vie privée du patient

Il peut être difficile de parler à un médecin de ses émotions, de ses sentiments et de ses problèmes personnels. Le médecin doit néanmoins comprendre les symptômes et les circonstances pour établir un diagnostic précis.

Pour faciliter le diagnostic, le médecin peut également procéder à un examen physique et à des analyses de sang afin d’exclure des affections telles que l’anémie (carence en fer) ou l’hyperthyroïdie.

Examens médicaux pour diagnostiquer l'anxiété

Il n’existe pas d’examens de laboratoire pour diagnostiquer l’anxiété. Si un médecin ne trouve aucune raison médicale à certains symptômes physiques et mentaux, il peut alors orienter le patient vers un spécialiste de la santé mentale, tel qu’un psychiatre ou un psychologue.

Un spécialiste de la santé mentale posera plus de questions sur les symptômes, les sentiments et les émotions, et procédera à une évaluation clinique en utilisant des questionnaires pour mesurer le niveau d’anxiété. Parmi ces questionnaires, citons l’échelle d’évaluation de l’anxiété de Hamilton (HAM-A) ou l’inventaire d’anxiété de Beck (IAB), qui mesure la gravité de l’anxiété chez les adultes et les adolescents.

Traitement et médicaments

Les traitements et les médicaments contre l’anxiété peuvent soulager les symptômes et rendre le trouble plus facile à vivre.

Comment traiter l'anxiété ?

Plusieurs thérapies et médicaments peuvent être utiles pour traiter l’anxiété. Les personnes souffrant d’anxiété peuvent bénéficier d’une association de thérapie non-médicamenteuse et de médicaments pour contrôler leurs symptômes.

Médicaments

Les médecins utilisent plusieurs médicaments pour aider les patients à gérer leurs symptômes d'anxiété. Toutefois, les médicaments ne doivent pas être la seule possibilité de traitement proposée. En effet, les médecins doivent travailler avec les patients pour trouver le traitement, le dosage et la thérapie qui leur conviennent le mieux.

Certains médicaments ne sont utilisés que sur une courte durée, tandis que d'autres peuvent être prescrits pour des périodes plus longues.

En fonction des symptômes de la personne, les médicaments peuvent traiter les symptômes physiques de l'anxiété et ses effets psychologiques.

Parmi les médicaments les plus prescrits pour traiter l'anxiété figurent les suivants :

  • Antidépresseurs :Dans la plupart des cas, un antidépresseur sera le premier médicament proposé. Il s'agit généralement d'un type de médicament appelé « inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine » (ISRS). Ces médicaments agissent en augmentant le niveau d'une substance chimique appelée sérotonine dans le cerveau. Celle-ci joue un rôle essentiel dans le cerveau, en stimulant les sentiments de bien-être et de bonheur et en favorisant la réflexion, la mémoire, le sommeil, la digestion et la circulation. Les ISRS peuvent être pris sur le long terme, mais il faut parfois quelques semaines pour qu'ils commencent à faire de l’effet. Un autre type d'antidépresseur qui peut être proposé est connu sous le nom d’ « inhibiteur de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline » (IRSN). Ce type de médicament agit en augmentant les quantités de sérotonine et de noradrénaline dans le cerveau. Il apporte des changements spécifiques dans le cerveau et les cellules nerveuses pour réguler l'humeur.
  • Anticonvulsifs :Certains médicaments anticonvulsifs utilisés pour traiter l'épilepsie peuvent également constituer un traitement efficace de l'anxiété. Ils agissent en diminuant les productions excessives de médiateurs dans des parties du cerveau chargées de contrôler la peur.
  • Benzodiazépines :Les benzodiazépines, qui sont des tranquillisants sédatifs, sont parfois utilisées comme traitement à court terme pendant une période d'anxiété sévère, combinés à d'autres médicaments. Les sédatifs peuvent provoquer une forte somnolence, c'est pourquoi les médecins recommandent parfois de ne pas conduire ou manipuler de machines pendant le traitement.

Thérapie

Plusieurs thérapies psychologiques (psychothérapies) peuvent être efficaces pour traiter l'anxiété, notamment :

  • L’auto-assistance guidée : Un médecin ou un spécialiste de la santé mentale peut orienter son patient vers un cours d'auto-assistance guidée pour gérer les niveaux d'anxiété et apprendre des techniques d'adaptation pour contrôler l'anxiété au quotidien. Cela peut consister à suivre un cahier d'exercices ou un cours en ligne avec le soutien d'un thérapeute.
  • La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) : Cette forme de thérapie aide la personne à remettre en question ses pensées anxieuses ou ses sentiments négatifs. Elle peut aider à améliorer la concentration et à réduire le besoin d’évitement des situations qui engendrent de l'anxiété. La TCC implique généralement de rencontrer un thérapeute spécialement formé et accrédité chaque semaine pendant plusieurs mois.
  • La relaxation appliquée : Dans le cadre de cette approche, un thérapeute qualifié apprend à la personne à détendre ses muscles et à s'exercer à le faire dans des situations qui la rendent anxieuse.

Intervention

Il est essentiel que toute personne dont l'anxiété affecte la vie quotidienne consulte rapidement un médecin pour éviter que son état ne s'aggrave.

Les personnes chez qui l'on soupçonne un trouble anxieux devraient être orientées vers une aide psychologique comme premier traitement.

Un professionnel de la santé mentale qualifié qui sait comment traiter efficacement l'anxiété aidera les personnes à apprendre des stratégies d'adaptation essentielles pour faire face à leur trouble anxieux.

Régime alimentaire

Les personnes souffrant d'anxiété devraient essayer d'avoir une alimentation régulière, saine et équilibrée. Il est également essentiel de manger régulièrement et d'éviter de sauter des repas, ce qui peut entraîner une chute du taux de sucre dans le sang, une sensation d'agitation ou de nervosité et une aggravation de l'anxiété sous-jacente.

La consommation d'aliments riches en glucides complexes tels que les céréales complètes (par exemple, les flocons d'avoine, le quinoa, le pain complet et les céréales complètes) augmenterait la quantité de sérotonine dans le cerveau, qui a un effet calmant.

La consommation d’alcool et de caféine doit être limitée ou évitée. Les deux peuvent rendre les gens tendus ou nerveux et perturber leur sommeil.

Faire du sport

Le sport peut être très bénéfique pour les personnes souffrant d'anxiété. Il permet de produire des substances chimiques dans le cerveau, les endorphines, qui agissent comme des analgésiques naturels et améliorent la capacité à dormir, réduisant ainsi les sensations de stress et d'anxiété.

Les scientifiques ont découvert que la pratique d’une activité sportive régulière peut réduire les niveaux de tension, améliorer et stabiliser l'humeur, améliorer le sommeil et l'estime de soi. Cinq minutes d’activité physique aérobie peuvent commencer à produire des effets contre l’anxiété.

Tout exercice physique peut contribuer à réduire l'anxiété. Cependant, les chercheurs affirment que les sports d'aérobie, permettant d’accélérer le rythme cardiaque, sont les plus bénéfiques. Voici quelques activités physiques d'aérobie pouvant aider à gérer l'anxiété :

  • La nage
  • Le cyclisme
  • La course ou le jogging
  • La marche rapide
  • Le tennis
  • La danse
Même de courtes séances d’activité (10 à 15 minutes seulement) peuvent améliorer la condition physique et l'humeur.

Prévention

On ne peut pas prédire avec précision les causes provoquant des problèmes d’anxiété chez une personne. Cependant, des mesures peuvent être prises pour réduire l’impact des symptômes qui y sont associés :

  • Demandez de l’aide rapidement : L’anxiété peut être plus difficile à traiter si elle s’installe trop longtemps.
  • Adoptez un mode de vie sain : Le sport peut contribuer à renforcer la santé mentale et à soulager les sentiments d’anxiété.
  • Essayez au maximum de rester actif : Participer à des activités et à des loisirs peut améliorer l’estime de soi et détourner l’attention des soucis. L’interaction sociale peut prévenir le sentiment d’isolement.
  • Évitez la consommation d’alcool et de drogues : La consommation d’alcool et de drogues peut provoquer de l’anxiété ou aggraver une anxiété existante.

Études scientifiques

La recherche se poursuit sur l’anxiété, les risques potentiels de développer des troubles anxieux et les possibilités de traitement efficaces. Des progrès importants ont été réalisés en matière de compréhension des parties du cerveau impliquées dans les sentiments de peur et d’anxiété. Par exemple, les scientifiques ont découvert que la région amygdalienne semble être impliquée dans l’apprentissage de la peur, du danger et de la sécurité. Les personnes souffrant de troubles anxieux auraient une amygdale plus réactive.

Une autre étude décisive a examiné comment un récepteur impliqué dans le système de récompense du cerveau pourrait être une cible pour traiter l’anhédonie (manque de plaisir), un symptôme associé à plusieurs troubles anxieux. Cette recherche a des répercussions importantes sur la mise au point de médicaments destinés à cibler des zones spécifiques du cerveau et devrait conduire à des essais cliniques plus concluants à l’avenir.

Le rôle de la génétique dans diverses maladies et affections est un domaine qui a connu des progrès importants. Les recherches actuelles portent sur la manière dont les gènes et l’environnement peuvent contribuer ensemble au développement des troubles anxieux. Par exemple, un enfant ayant une prédisposition génétique à la timidité et à la sensibilité peut devenir une cible des intimidations et harcèlements. Par ailleurs, le fait d’être victime de ces harcèlements (un facteur environnemental) peut augmenter son niveau d’anxiété.

La recherche continue dans le domaine des traitements de l’anxiété, car les médicaments disponibles pour aider les personnes souffrant de troubles anxieux n’ont pas beaucoup changé au fil des ans. Les scientifiques travaillent actuellement à la mise au point de nouveaux médicaments pouvant remplacer les anxiolytiques existants, qui ne sont pas efficaces pour tous les patients. Certains sont connus pour leurs effets secondaires potentiels et leurs risques pour la santé (notamment d’abus et de dépendance).

Cependant, la communauté scientifique est optimiste et pense que de nouvelles avancées sont à l’horizon. Le futur traitement de l’anxiété sera très différent de celui d’aujourd’hui. 

Sources

  1.  Ritchie H, Roser M. Mental health. Our World in Data. Published 2018. Accessed February 2021. https://ourworldindata.org/mental-health.
  2.  OECD/European Union. Health at a Glance: Europe 2018: State of Health in the EU Cycle. OECD Publishing, Paris/European Union, Brussels. 2018. Accessed February 2021. https://doi.org/10.1787/health_glance_eur-2018-en.
  3.  Mind. Anxiety and panic attacks. Accessed February 2021. https://www.mind.org.uk/information-support/types-of-mental-health-problems/anxiety-and-panic-attacks/causes-of-anxiety/
  4.  Anxiety and Depression Association of America. Facts and statistics. Accessed February 2021. https://adaa.org/about-adaa/press-room/facts-statistics
  5.  Meier SM, Matthiesen M, Mors O, Mortensen PB, Laursen TM, Penninx BW. Increased mortality among people with anxiety disorders: total population study. Br J Psychiatry. 2016;209(3):216-21. doi:10.1192/bjp.bp.115.171975
  6.  West London NHS Trust. Diagnosis of anxiety disorder. Updated January 2021. Accessed February 2021.  
  7.  Naidoo U. Nutritional strategies to ease anxiety. Harvard Health Publishing. Published April 13, 2016. Accessed February 2021. https://www.health.harvard.edu/blog/nutritional-strategies-to-ease-anxiety-201604139441.
  8.  Anxiety and Depression Association of America. Exercise for stress and anxiety. Accessed February 2021. https://adaa.org/living-with-anxiety/managing-anxiety/exercise-stress-and-anxiety.
  9.  Everyday Health. How exercise eases anxiety. Published June 2009. Accessed February 2021.https://www.everydayhealth.com/anxiety/anxiety-and-exercise.aspx
  10.  Schumann CM, Bauman MD, Amaral DG. Abnormal structure or function of the amygdala is a common component of neurodevelopmental disorders. Neuropsychologia. 2011;49(4):745-759. doi:10.1016/j.neuropsychologia.2010.09.028
  11.  Krystal AD, Pizzagalli DA, Smoski M, et al. A randomized proof-of-mechanism trial applying the ‘fast-fail’ approach to evaluating κ-opioid antagonism as a treatment for anhedonia. Nat Med. 2020;26(5):760-768. doi:10.1038/s41591-020-0806-7
  12.  Craske MG, Stein MB, Eley TC, et al. Anxiety disorders [published correction appears in Nat Rev Dis Primers. 2017 Dec 14;3:17100]. Nat Rev Dis Primers. 2017;3:17024. doi:10.1038/nrdp.2017.24
  13.  Singh S. The future of anxiety treatment will be drastically different. Life Science Leader. Published September 2020. Accessed February 2021. https://www.lifescienceleader.com/doc/the-future-of-anxiety-treatment-will-be-drastically-different-0001.
Vous pourriez être intéressé par...

Santé mentale

Une bonne santé mentale est un élément essentiel de la vie, tout comme une bonne santé physique.

Stress

Le stress est une conséquence commune de nos vies modernes et très actives. Il se répercute sur le travail, à la maison et les relations et a plusieurs déclencheurs qui semblent souvent échapper à notre contrôle.

Douleur chronique

Les définitions du dictionnaire ne lui rendent pas justice. La douleur chronique est un problème complexe dont la solution n’est jamais rapide et qui demande souvent des solutions aussi bien émotionnelles que physiques.

Bienvenue à nouveau

Pour accéder à ces informations, vous devez vous connecter avec votre identifiant.

Vous n’avez pas de compte?S’inscrire