Les maux de tête courants sont tout à fait normaux et la plupart des gens en souffriront à différents moments de leur vie, mais certains types de maux de tête peuvent être problématiques. Découvrez les différents types de maux de tête, leurs symptômes et comment les traiter. Découvrez les différents types de maux de tête, leurs symptômes et comment les traiter.

Qu'est-ce qu'un mal de tête ?

Comme leur nom l’évoque, les maux de tête impliquent une douleur au niveau cérébral. La gravité et la localisation exacte de la douleur varient selon le type de mal de tête que vous ressentez. Certains maux de tête peuvent également s’accompagner de symptômes au niveau des yeux, du cou et du visage, tels que des nausées et une sensibilité à la lumière.

Quels sont les principaux types de maux de tête ?

Les maux de tête se classent en deux catégories principales : les céphalées primaires et les céphalées secondaires. Dans les céphalées primaires, le mal de tête n’est pas qu’un simple symptôme mais représente une pathologie en elle-même, c’est la forme la plus courante, représentant plus de 95 % de tous les maux de tête. Les céphalées secondaires ne sont qu’un symptôme d’une autre maladie à l’origine du mal de tête, comme une tumeur du cerveau ou une infection du système nerveux central, notamment la méningite ou l’encéphalite.

Voici les principaux types de céphalées primaires :

  • Céphalée de tension : le mal de tête du « quotidien » que la plupart des gens ressentent, également appelé céphalé de tension. Il n’y a généralement pas lieu de s’inquiéter car ces maux de tête disparaissent le plus souvent au bout de quelques heures.
  • Migraine : la migraine touche généralement un seul côté de la tête, mais la douleur peut aussi toucher le visage ou les deux côtés du crâne. Il s’agit d’un mal de tête intense qui peut durer des heures, voire des jours, et qui s’accompagne souvent de nausées, de vomissements et d’une sensibilité à la lumière.

Les changements hormonaux peuvent également être à l’origine de maux de tête, en particulier chez les femmes. Ils peuvent résulter de la baisse naturelle du taux d’ estrogènes en période de menstruations ou se produire pendant la grossesse et la ménopause lorsqu’il y a un déséquilibre hormonal. Le lien entre les maux de tête et les hormones chez les hommes est moins clair, mais certaines recherches suggèrent que les taux d’ estrogènes et de testostérone pourraient jouer un rôle dans les migraines chez les hommes.

Combien de personnes souffrent de maux de tête ?

Les statistiques mondiales montrent que les maux de tête sont très fréquents. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), on estime que la moitié à trois quarts des adultes âgés de 18 à 65 ans ont souffert de maux de tête au cours de l’année dernière. Parmi eux, 30 % ou plus ont souffert de migraine. Les maux de tête chroniques (ressentis au moins 15 jours par mois) touchent 1,7 à 4 % de la population adulte mondiale.

Symptômes

Tous les maux de tête impliquent une douleur dans une partie de la tête, mais les symptômes spécifiques que vous ressentez dépendront du type de mal de tête dont vous souffrez.

Quels sont les symptômes des maux de tête ?

Certains maux de tête provoquent une simple sensation de douleur locale au niveau de la tête ; d’autres sont plus intenses et s’accompagnent d’autres symptômes. Voici les principaux symptômes à surveiller :

Céphalée de tension :

  • Elle implique une douleur sourde et persistante au niveau de la tête
  • Elle peut s’accompagner d’une tension et d’une pression autour du front et derrière les yeux
  • Elle peut également inclure une sensation de pression au niveau du cou

La migraine :

  • Elle commence souvent par une douleur sourde et se transforme en une douleur lancinante
  • Elle dure environ quatre heures, mais peut durer plusieurs jours
  • Elle est souvent accompagnée de nausées ou de vomissements
  • De nombreuses personnes développent une sensibilité à la lumière
  • Elle peut s’accompagner de troubles visuels (aura) ou de certains signes précurseurs de la migraine, tels que des éclairs, des lignes sinueuses ou un rétrécissement du champ visuel

Céphalée en grappe :

Il s’agit d’un type rare de céphalée primaire qui a tendance à toucher les personnes dans la trentaine et la quarantaine. Les principaux symptômes sont les suivants :

  • Généralement, une douleur intense sur un côté de la tête.
  • Elle peut donner une sensation de brûlure, ou de piqûre
  • Elle surgit souvent de manière soudaine et sans prévenir
  • Elle peut inclure des douleurs dans la région autour des yeux, des tempes et du visage

Les autres symptômes possibles comprennent le larmoiement, un œil tombant ou enflé et l’obstruction ou l’écoulement nasal.

Quels sont les stades d’évolution des maux de tête ?

Certains maux de tête, comme les céphalées en grappe, apparaissent soudainement, tandis que d’autres, comme les migraines, peuvent survenir progressivement. Les personnes souffrant régulièrement de maux de tête trouvent souvent utile de tenir un calendrier et d’y noter à quel moment le mal de tête se produit, comment elles se sentaient avant et les symptômes ressentis. Cela peut aider à identifier les facteurs susceptibles de déclencher les maux de tête.

Quels sont les premiers signes des maux de tête ?

Les personnes souffrant de migraines sont les mieux placées pour remarquer les premiers signes. Ces derniers comprennent :

  • Une sensibilité accrue à la lumière, au bruit ou aux odeurs
  • Sensation de fatigue
  • Changement d’appétit ou sensation de soif accentuée
  • Troubles de l’humeur
  • Ballonnements, constipation ou diarrhée

Les migraines peuvent également être accompagnées d’une aura, terme utilisé pour décrire les symptômes qui apparaissent avant une migraine, agissant comme un avertissement. Ces derniers peuvent comprendre :

  • Vision de lumières clignotantes, de taches noires ou de lignes sinueuses. 
  • Hallucinations (voir des choses inexistantes)
  • Rétrécissement du champ visuel ou perte temporaire de la vision
  • Une sensation de picotement ou d’engourdissement sur un côté du corps
  • Bourdonnements d’oreilles
  • Changements dans votre discours, au niveau de l’odorat, du goût ou du toucher

Causes, facteurs de risque et espérance de vie

Les céphalées primaires, telles que les céphalées de tension et les céphalées en grappe, ne sont pas la conséquence d’une autre pathologie, alors que les céphalées secondaires sont dues à d’autres causes, notamment une infection, une allergie ou une maladie et peuvent être plus graves.

La plupart des céphalées primaires sont anodines et passent sans conséquence, mais certaines, en particulier les migraines, peuvent avoir des effets plus durables. Des recherches menées par la Harvard Medical School montrent que les personnes qui souffrent de migraines fréquentes sont plus susceptibles d’avoir d’autres problèmes de santé, tels que l’anxiété, la dépression, l’insomnie et le syndrome du côlon irritable. D’autres recherches suggèrent que les migraines sont associées à un risque accru de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

Quelles sont les causes des maux de tête ?

Les céphalées de tension sont des céphalées primaires et ne sont donc pas dues à une autre pathologie, mais on considère que certains facteurs les déclenchent. Parmi ces derniers se trouvent le stress et l’anxiété, la déshydratation, sauter des repas, les mauvaises postures, le strabisme et le manque de sport.

Les céphalées en grappe sont également des céphalées primaires. On estime que les fumeurs sont plus exposés au risque d’en souffrir. Elles peuvent également être déclenchées par la consommation d’alcool ou par des odeurs fortes comme celles de l’essence ou de la peinture.

Les médecins ne connaissent pas encore les causes exactes de la migraine, mais ils pensent qu’elle pourrait être liée à des modifications temporaires au niveau des neuromédiateurs, du système nerveux et des vaisseaux sanguins cérébraux. Certaines personnes constatent que leurs migraines sont liées à des facteurs tels que le cycle menstruel, l’alimentation, la fatigue ou le stress.

Les maux de tête sont-ils héréditaires ?

On estime que certains types de maux de tête pourraient être héréditaires. Environ la moitié des personnes souffrant de migraines ont un proche parent qui en souffre également, ce qui laisse supposer qu'il pourrait y avoir un lien génétique. De même, les gènes peuvent jouer un rôle dans les céphalées en grappe, les recherches montrant que des facteurs génétiques sont impliqués dans environ 10 % des cas.

Qui souffre de maux de tête ?

Les migraines ont tendance à toucher plus de femmes que d’hommes. Elles peuvent se manifester à tout âge, mais semblent plus problématiques à l’âge adulte et s’atténuent dans les dernières étapes de la vie.

Les céphalées de tension sont également plus fréquentes chez les femmes et touchent surtout les adolescents et les adultes. Les céphalées en grappe sont plus rares et touchent davantage les fumeurs que les non-fumeurs.

Combien de temps peut-on vivre avec des maux de tête ?

Les maux de tête ne mettent pas en jeu le pronostic vital, mais ils peuvent compromettre votre qualité de vie.

La plupart des gens ont des céphalées de tension épisodiques et n’en souffrent donc que de temps en temps. Cependant, elles peuvent également être chroniques si elles se reproduisent plus de 15 jours par mois.

Les migraines peuvent avoir un impact plus important sur la vie quotidienne, en particulier pour les personnes qui souffrent de migraines régulières et durables. Il en va de même pour les céphalées en grappes, qui provoquent une douleur intense sur une longue période. Cependant, la plupart des gens arrivent à trouver des traitements permettant d’atténuer leurs symptômes.

Diagnostic

Il n’est pas toujours nécessaire d’obtenir un diagnostic pour les maux de tête. La plupart des personnes souffrant de céphalées de tension sont capables d’y faire face sans aide médicale ; le diagnostic peut cependant aider les personnes qui ont des migraines récurrentes.

Si vous pensez souffrir de céphalée en grappe, il est important de consulter votre médecin dans les plus brefs délais. Il pourrait vous recommander de faire une scintigraphie du cerveau pour éliminer d’autres pathologies pouvant présenter des symptômes similaires à ceux des céphalées en grappe.

Comment diagnostiquer les maux de tête ?

Le diagnostic des migraines peut prendre du temps car elles sont souvent imprévisibles. Les médecins examineront votre vision, vos réflexes et votre coordination et vous poseront des questions sur vos symptômes. Si vous avez tenu un calendrier de vos migraines, il pourra les aider à repérer les tendances et constituer un outil utile pour les aider à poser un diagnostic précis.

Il est facile de tenir un calendrier de vos migraines : il suffit de dresser un tableau pour pouvoir y noter les informations suivantes à chaque fois que vous souffrez d’une migraine :

  • Quand est-ce que la migraine s’est produite ?
  • Combien de temps a-t-elle duré ?
  • Le type de douleur que vous avez ressentie et s’il y avait d’autres symptômes, comme le fait d’être malade
  • Si vous avez pris des médicaments ou des traitements ce jour-là
  • Ce que vous avez mangé et bu ce jour-là
  • Si vous avez pris des vitamines ou des suppléments
  • Autres facteurs pouvant être pertinents, tels que le climat, le cycle menstruel chez les femmes, les facteurs liés au stress et les activités sociales ou professionnelles

Dans le cas des céphalées en grappe, les médecins vous poseront toute une série de questions sur les symptômes que vous ressentez. S’ils effectuent une scintigraphie cérébrale, ils s’attendront à ce qu’il revienne à la normale. Si l’on vous diagnostique des céphalées en grappe, vous devez consulter un neurologue (spécialiste du cerveau et du système nerveux) pour discuter des options de traitement qui s’offrent à vous.

Il est parfois difficile de distinguer les céphalées primaires des secondaires et les médecins peuvent avoir besoin de faire certains examens pour confirmer. Ces derniers pourraient inclure des analyses sanguines pour écarter d’autres pathologies, ainsi que des IRM et des scanners pour voir plus clairement ce qui se passe à l’intérieur du cerveau.

Examens médicaux pour diagnostiquer la migraine

Il n’existe pas d’examens médicaux spécifiques pour savoir si vous avez des migraines, mais les médecins choisiront parfois faire des examens pour exclure d’autres maladies présentant des symptômes similaires. Il peut s’agir d’analyses sanguines, d’une IRM et d’un électroencéphalogramme (EEG).

Traitement et médicaments

La bonne nouvelle, c’est que la plupart des maux de tête peuvent être traités de manière efficace. Il existe toute une série de médicaments et, souvent, des changements dans votre mode de vie peuvent faire toute la différence.

Comment traiter les maux de tête ?

Selon le type de mal de tête que vous ressentez, vous devrez peut-être essayer une approche ou une autre, pour voir ce qui fonctionne le mieux pour vous.

Médicaments

Die Le traitement des maux de tête se divise en deux catégories principales :

  • Traitement prophylactique : également appelé traitement préventif. ​ Ce type de traitement est plus approprié si vous avez au moins trois migraines par mois ou huit jours de maux de tête par mois. Cependant, plusieurs mois peuvent s’écouler avant qu'il ne soit vraiment efficace.
  • Traitement aigu : il s'agit d'un traitement pris au moment de la crise afin d’arrêter ou réduire considérablement la douleur. Il comprend les antalgiques en vente libre et les médicaments sur prescription.
Les antalgiques en vente libre sont généralement efficaces pour traiter les céphalées de tension. Si vous décidez de prendre des médicaments, veillez à suivre les indications figurant sur la notice.

Si les antalgiques ne sont pas efficaces ou si vous devez les prendre à répétition, parlez-en à votre médecin. Il pourrait vous prescrire d'autres médicaments, dont certains spécialement conçus pour les migraines.

Un traitement complémentaire possible pour la migraine est un médicament anti-émétique contre les nausées. Certaines personnes trouvent que ces derniers les aident à soulager leurs migraines, y compris lorsqu’elles ne ressentent pas d'effets secondaires tels que des nausées ou des vomissements.

Notez que tous les médicaments peuvent avoir des effets secondaires. Il est conseillé de consulter votre médecin avant de commencer à prendre un nouveau médicament.

Les antalgiques en vente libre ne sont généralement pas efficaces contre les céphalées en grappe mais votre médecin peut vous proposer un autre médicament. Des injections ou des traitements par pulvérisation nasale sont également disponibles et vous pouvez vous les administrer vous-même chez vous. Parlez à votre médecin pour obtenir des conseils supplémentaires.

Régime alimentaire

Le changement de votre alimentation peut être utile dans le cadre d'une approche globale visant à modifier votre mode de vie afin d'atténuer les maux de tête. En règle générale, essayez d’avoir une alimentation saine et équilibrée et mangez à des heures régulières.

Un certain nombre de facteurs alimentaires peuvent déclencher des maux de tête, notamment le jeûne, la consommation d'aliments à forte teneur en sucre, les régimes draconiens et le fait de sauter des repas. Pour certaines personnes, les repas retardés ou irréguliers peuvent également jouer un rôle étant donné qu’ils peuvent faire baisser la glycémie. La caféine, l'alcool et le fromage peuvent également contribuer aux maux de tête.

Une fois de plus, le fait de tenir un journal (comprenant les détails de tout ce que vous avez consommé) vous aidera à identifier les aliments susceptibles de provoquer vos maux de tête.

Certains compléments alimentaires, notamment les vitamines, les minéraux ou les préparations à base de plantes, peuvent également être envisagés. En effet, le magnésium peut contribuer au fonctionnement normal du système nerveux et au métabolisme énergétique, tandis que certaines plantes peuvent aider à réduire les états de tension localisés dans une zone ou favoriser la relaxation.

Thérapie et interventions

Des études ont montré que l'acupuncture peut contribuer à atténuer les effets de la migraine chez certaines personnes. Au cours d’une étude, les patients ayant reçu 12 traitements sur une période de trois mois ont vu leur nombre de jours de céphalées diminuer de 34 %.

La luminothérapie verte s'est également avérée bénéfique contre les migraines. Elle consiste à passer du temps exposé à une bande étroite de longueurs d’onde de lumière verte provenant d'une lampe spéciale, qui filtre toute autre lumière. Il est important d'utiliser cette thérapie correctement, car d'autres couleurs de lumière, notamment le blanc, le bleu, l'ambre et le rouge, peuvent exacerber les migraines.

L'oxygénothérapie est un autre traitement qui peut vous être proposé pour les céphalées en grappe. Elle consiste à respirer de l'air contenant des niveaux d'oxygène plus élevés que la normale à travers un masque ou un tube, et peut être mise en place chez vous.

Les céphalées de tension peuvent être atténuées en réduisant le stress. Les thérapies de relaxation telles que les massages peuvent donc être une bonne option de prise en charge si vous ressentez régulièrement ces maux de tête. La stimulation transcutanée du nerf vague (STNV) est parfois utilisée pour traiter les céphalées en grappe. Elle stimule un nerf du cou à travers des courants électriques à basse tension afin de soulager la douleur et comme méthode préventive pour aider à réduire la fréquence des céphalées en grappe.

Faire du sport

Le stress et les mauvaises postures étant deux des principales causes des céphalées de tension, le sport peut être extrêmement bénéfique pour les traiter et les prévenir. Le yoga est particulièrement recommandé car il permet de travailler la posture et la relaxation.

Le lien entre le sport et les migraines est plus complexe. Certaines personnes considèrent que l’activité physique peut déclencher des migraines, tandis que d'autres estiment qu'elle est bénéfique. Comme pour les céphalées de tension, le principal avantage d’un sport régulier est le fait qu'il contribue à réduire le stress, déclencheur fréquent des migraines.

Prévention

Il n’existe pas de moyen radical pour prévenir les maux de tête, mais bon nombre des traitements mentionnés ci-dessus peuvent également être utilisés comme méthodes préventives pour éviter qu’ils ne se reproduisent.

Les facteurs liés au mode de vie, tels que la pratique régulière d’une activité physique, une alimentation saine et la prise de mesures visant à réduire le stress, ainsi que la réduction de la consommation d’alcool et le fait d’arrêter de fumer sont tous recommandés comme mesures de prévention des maux de tête.

De nombreuses personnes souffrant de migraines considèrent qu’à travers une meilleure compréhension des facteurs susceptibles de déclencher une migraine, elles peuvent prendre des mesures pour réduire leur fréquence. L’un des meilleurs moyens d’y parvenir est de tenir un journal des migraines pouvant aider à montrer si un certain aliment, ou un autre facteur tel que le stress ou le manque de sommeil, déclenche une crise.

Il a été prouvé que certains médicaments aident à prévenir les migraines chez quelques personnes, mais ils peuvent se révéler inadaptés si vous avez d’autres problèmes de santé et ne doivent donc être prescrits que par votre médecin.

Études scientifiques

Le mal de tête est l’une des douleurs les plus courantes et une cause fréquente de l’absentéisme au travail et à l’école. Il n’est donc pas étonnant que les recherches sur les causes et le traitement des maux de tête soient nombreuses.

Au cours des cinq dernières années, des progrès remarquables ont été réalisés dans le domaine des traitements contre les maux de tête. Il s’agit notamment d’essais cliniques de nouveaux médicaments pour traiter la migraine aiguë et de thérapies non médicamenteuses, dont la stimulation magnétique et la stimulation non invasive du nerf vague (SniNV), visant également à traiter la migraine.

Les recherches ont aussi montré l’importance de comprendre la phase prémonitoire de la migraine, notamment l’apparition de symptômes tels que les bâillements, la fatigue, le dysfonctionnement cognitif et les envies alimentaires. On considère que cela pourrait aider à expliquer les déclencheurs de la migraine chez certaines personnes et leur permettre de gérer leur douleur de manière plus efficace.

.

Sources

  1. Ahmed F. Headache disorders: differentiating and managing the common subtypes. Br J Pain. 2012;6(3):124-132. doi:10.1177/2049463712459691
  2. Van Oosterhout WPJ, Schoonman GG, van Zwet EW et al. Female sex hormones in men with migraine. Neurology. 2018;91(4):e374-e381. doi:10.1212/WNL.0000000000005855 
  3. Harvard Health Publishing – Harvard Medical School. The health risk of migraines in men. Accessed December 2020. https://www.health.harvard.edu/mens-health/feel-your-pain-the-health-risk-of-migraines-in-men
  4. Leroux E, Ducros A. Cluster headache. Orphanet J Rare Dis. 2008;3:20. doi:10.1186/1750-1172-3-20
  5. Kumar A, Kadian R. Migraine Prophylaxis. In: StatPearls. StatPearls Publishing. Updated October 27, 2020. Accessed December 2020. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK507873/
  6. Sun-Edelstein C, Mauskop A. Foods and supplements in the management of migraine headaches. Clin J Pain. 2009;25(5):446-452. doi:10.1097/AJP.0b013e31819a6f65
  7. Vickers AJ, Rees RW, Zollman CE et al. Acupuncture for chronic headache in primary care: large, pragmatic, randomised trial. BMJ. 2004;328(7442):744. doi:10.1136/bmj.38029.421863.EB
  8. Noseda R, Bernstein CA, Nir RR et al. Migraine photophobia originating in cone-driven retinal pathways. Brain. 2016;139(7):1971-1986. doi:10.1093/brain/aww119
  9. Goadsby PJ. Primary headache disorders: Five new things. Neurol Clin Pract. 2019; 9(3): 233-240. doi:10.1212/CPJ.0000000000000654
Vous pourriez être intéressé par...

Santé mentale

Une bonne santé mentale est un élément essentiel de la vie, tout comme une bonne santé physique.

Stress

Le stress est une conséquence commune de nos vies modernes et très actives. Il se répercute sur le travail, à la maison et les relations et a plusieurs déclencheurs qui semblent souvent échapper à notre contrôle.

Douleur chronique

Les définitions du dictionnaire ne lui rendent pas justice. La douleur chronique est un problème complexe dont la solution n’est jamais rapide et qui demande souvent des solutions aussi bien émotionnelles que physiques.

Bienvenue à nouveau

Pour accéder à ces informations, vous devez vous connecter avec votre identifiant.

Vous n’avez pas de compte?S’inscrire